Les statines diminuent-elles le risque de carcinome hépatocellulaire chez les patients atteints d’hépatite B ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Moyen

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Professeur Dominique LARREY

Enthousiasme

À la une 23/03/2012

Les statines diminuent-elles le risque de carcinome hépatocellulaire chez les patients atteints d’hépatite B ?

Pour évaluer la modification du risque, l’étude a été conduite sur une cohorte de patients inclus dans la base de donnée de l’assurance maladie taïwanaise. 33 413 patients infectés par le virus B ont été inclus dans cette cohorte. L’histoire de chaque patient a été retracée individuellement de 1997 à 2008 pour identifier l’incidence de cas de carcinome hépatocellulaire depuis 1999. L’utilisation de statines, d’autres hypolipémiants, d’aspirine et d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion ont été analysés. L’analyse statistique en régression a été utilisée pour calculer l’Odd-ratio et l’intervalle de confiance à 95 % pour l’association entre l’usage de statines et la survenue de carcinome hépatocellulaire dans cette population infectée par le virus B. Les résultats ont montré que sur les 33 413 patients, correspondant à 328 946 personnes-années, il y a eu 1 021 carcinomes hépatocellulaires détectés. L’incidence globale était de 310,4 carcinome hépatocellulaire pour 100 000 personnes-années. Un effet dose-réponse a été retrouvé entre l’usage de statines et le risque de carcinome hépatocellulaire. L’Odd-ratio était respectivement de 0,66 (intervalle de confiance 95 %) (entre 0.44 et 0.99), de 0.41 (0.27-0.61) et de 0.34 (0.18-0.64) selon la durée d'exposition et de consommation cumulée de statines ; entre 28 à 90 jours, entre 91 à 365 jours, puis plus de 365 jours.

Commentaires
 

Des travaux récents suggèrent que les statines peuvent avoir un effet bénéfique dans la réponse thérapeutique du traitement de l’hépatite C. Le mécanisme potentiel est une diminution de la capacité du virus de passer d’une cellule à l’autre en interférant avec les récepteurs lipidiques. Ce récent travail montre une autre orientation tout à fait nouvelle dans une population taïwanaise. En effet, Yu-Tse Tsan et ses collègues ont évalué l’influence potentielle de la prise de statines sur le risque d’hépatocarcinome chez les patients atteints d’infection chronique B. Ce travail suggère que l’usage prolongé de statines peut réduire le risque de carcinome hépatocellulaire chez les patients atteints d'infection virale B d’une façon dose dépendante. Il est bien entendu nécessaire de confirmer ce résultat très intéressant et d’en élucider le mécanisme.

Références
 
Titre :

Les statines diminuent-elles le risque de carcinome hépatocellulaire chez les patients atteints d’hépatite B ?

Titre original :

Statins and the risk of hepatocellular carcinoma in patients with hepatitis B virus infection

Auteurs :

Tsan Y-T, Lee C-H, Wang J-D, Chen P-C

Source(s) :

Article

Revue :

Journal of Clinical Oncology

Références biblio. :

J Clin Oncol 2012 (in press)

SNFGE.org