Les thiopurines diminuent le risque de néoplasie colique des MICI
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Confirmation

Rédacteur
Docteur Philippe AYGALENQ

Enthousiasme

À la une 09/06/2011

Les thiopurines diminuent le risque de néoplasie colique des MICI

2578 patients porteurs d'une MICI (RCH et Crohn) ont été identifiés dans la base d'une assurance médicale hollandaise depuis 2001. Le repérage des patients a été fait en croisant le diagnostic donné pour tout remboursement d'acte médical avec les données de la base anatomopathologique nationale qui existe dans ce pays. Le traitement et sa durée sont évalués sur les remboursements pharmaceutiques effectifs. Le risque étudié est la survenue d'une dysplasie de haut grade (HPG) et/ou d'un cancer colique.

38 % était traités par 5-ASA seul (>1,2g ou moins 6 mois), 12 % par thiopurine seule (équivalent d'au moins 50 mg AZA au moins 6 mois), 18% par les deux traitements. 1% des patients  (28) ont vus survenir une HPG ou un cancer durant le suivi.
 
Les patients sous thiopurine ont un risque significativement diminué de cancer ou de dysplasie de haut grade (HR : 0.1). Cet effet est particulièrement net après un an de traitement. Les patients sous 5 ASA seul ont une tendance à la diminution du risque (HR:0,56) mais il n'atteint  pas le seuil de significativité dans ce travail.
 
(Article sous presse)
Commentaires
 

Ce travail, en population, est le premier montrant clairement un bénéfice des thiopurines sur le risque néoplasique des MICI. Limité par le risque de lymphome et de cancer cutané, la prescription de thiopurine sort renforcée de ce travail en montrant une diminution nette d'un sur-risque colique bien plus fréquent. L'effet de la durée du traitement est également évoqué, cohérent avec le délai connu de l'efficacité des thiopurines. Cette étude vient étayer l'hypothèse qu'un traitement efficace sur l'inflammation muqueuse diminue bien le risque néoplasique des MICI. Les études précédentes, moins précises sur le diagnostic, la durée, et le type de traitement, n'avaient pas permis de mettre en évidence cet effet. Seul les 5 ASA avaient prouvé leur intérêt dans cette prévention. 2 particularités de ce travail : l'inclusion exclusive de patients confirmés histologiquement, ce qui a pu éliminer un certain nombre de patient porteur de MICI peut être moins sévères, et l'utilisation des remboursements effectifs comme données du traitement et de sa durée. Néanmoins, compte tenu de l'adhérence très variable des patients au traitement des MICI, ce mode d'analyse pourrait se révéler plus fiable sur la prise réelle des traitements que les études déclaratives habituelles. Enfin, il n'y a pas de données différentielles entre Crohn et RCH, ni en fonction de la localisation ou de l'ancienneté des pathologies étudiées.

Références
 
Titre :

Les thiopurines diminuent le risque de néoplasie colique des MICI

URL : Thiopurines prevent advanced colorectal neoplasia in patients with inflammatory bowel disease
Auteurs :

Van Schaik F, Van Oijen M, Smeets H

Source(s) :

Sous-presse

Références biblio. :

Downloaded from gut.bmj.com on May 22, 2011

SNFGE.org