Les traitements hormonaux : un nouveau coupable dans les colites microscopiques ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Physiopathologie

Degré d'innovation
Moyen

Avancement
Recherche clinique

Impact patient

Impact soin
Moyen

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Pauline JOUET

Enthousiasme

À la une 17/04/2019

Les traitements hormonaux : un nouveau coupable dans les colites microscopiques ?

La colite microscopique (CM) affecte de façon préférentielle les femmes après la ménopause, mais la relation entre les facteurs hormonaux et le risque de CM est mal connue. Cette étude a porté sur 227,766 femmes participant à  la “Nurses' Health Study » (NHS et NHSII) sans antécédent de CM. Les facteurs hormonaux ont été évalués en 1988 (NHS) et 1989 (NHSII) puis réévalués tous les 2 ans. Le diagnostic reposait sur le compte-rendu histologique. En 2014 (NHS) et 2015 (NHSII), 275 cas incidents de CM ont été confirmés  sur  5,147,282 personnes –années. La prise de traitement hormonal substitutif, comparée à l’absence de prise passée ou actuelle, était associée à une augmentation du risque de CM (HR 2.64; 95% IC 1.78-3.90). Le risque augmentait avec une durée plus longue d’utilisation  (P  < .0001) et diminuait avec l’arrêt du traitement (P= .002). L’association n’était pas influencée par le sous-type de colite. De même, l’utilisation passée ou actuelle d’une contraception orale était associée à un risque augmenté de CM (HR 1.57; 95% IC 1.16-2.13). Il n’y avait pas d’association entre l’âge de la puberté, l’âge du premier accouchement, l’âge de la ménopause, le type de ménopause et l’incidence de CM.

 

Conclusions :
Dans ces 2 larges études américaines de cohorte une association a été retrouvée entre la prise d’hormones exogènes (contraception ou traitements hormonaux substitutifs, en particulier ceux contenant des œstrogènes) et l’incidence de la colite microscopique, qu’elle soit de type lymphocytaire ou collagène. Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les mécanismes sous-jacents de ces associations.  

 

Commentaires
 

Cette étude est en faveur d’un risque augmenté de colite microscopique en cas de prise actuelle ou passée de traitement hormonal (contraception ou substitutif), risque qui semble être du même ordre  que celui lié à la prise d’AINS. Ceci est en accord avec les études antérieures montrant que les traitements œstro-progestatifs, en particulier les œstrogènes, peuvent altérer le système immunitaire muqueux et l’intégrité de la barrière intestinale, mécanismes impliqués dans la physiopathologie de la colite microscopique. Cependant l’association retrouvée entre hormones exogènes et colite microscopique ne permet pas avec certitude de considérer ces traitements comme la cause de la colite. Elle ne permet pas non plus d’affirmer que l’arrêt du traitement hormonal pourra entraîner une diminution des symptômes.


Ce résultat nous incite à nouveau à ne prescrire que les traitements nécessaires et à la dose minimale utile.

Références
 
Titre :

Les traitements hormonaux : un nouveau coupable dans les colites microscopiques ?

Titre original :

Identification of Menopausal and Reproductive Risk Factors for Microscopic Colitis-Results From the Nurses' Health Study

Auteurs :

Burke KE, Ananthakrishnan AN, Lochhead P, Liu PH, Olen O, Ludvigsson JF, Richter JM, Tworoger SS, Chan AT, Khalili H

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

2018 Dec;155(6):1764-1775.e2

Liens utiles
Gastroenterology : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org