L’intelligence artificielle en endoscopie : gadget ou révolution ?
SNFGE SNFGE
 
Domaine concerné :
Thérapeutique
Degré d’innovation :
Important
Avancement :
Faisabilité technique
Impact patient :
Impact soin :
Important
Intérêt :
arrivée dans la pratique :
Futur proche
 
 
rédacteur :
Professeur Emmanuel CORON
enthousiasme :
 
 
09/05/2018
 
  Sujet :  
 
  L’intelligence artificielle en endoscopie : gadget ou révolution ?  
 
 

Ce travail rapporte les performances d’un modèle d’intelligence artificielle développé à partir d’une revue monocentrique japonaise réalisée par l’équipe de Shin-ei Kudo. Cette revue de cas s’appuie sur une série impressionnante de 690 patients opérés entre 2001 et 2016 pour un cancer colorectal classé pT1. Cette série a été divisée en 2 périodes : 2001-2013 et 2013-2016 (100 patients), ce qui a permis de développer le modèle d’intelligence artificielle sur la première période (n=590 patients)  puis de le valider sur un échantillon indépendant  sur la deuxième période (n=100 patients). Un grand nombre (n=45) de données clinicobiologiques et pathologiques était rentré dans le modèle d’intelligence artificielle afin de l’entrainer, puis de le valider pour prédire le risque d’envahissement ganglionnaire. Les performances du modèle étaient ensuite comparées aux recommandations japonaises, américaines et européennes. Les conclusions de l’étude sont très intéressantes : 1) aucune lésion à risque d’envahissement ganglionnaire n’aurait été manquée (sensibilité de 100%), et 2) sans pouvoir éviter totalement les chirurgies inutiles, ce modèle d’intelligence artificielle aurait permis de diminuer de significativement le pourcentage de recours à la chirurgie de 8%, 14% et 14% par rapport aux recommandations américaines, européennes et japonaises, respectivement.

 
 
Commentaires
 
 

Ce papier par Ichimasa et al. est le premier à décrire l’apport de l’intelligence artificielle pour prédire la nécessité de chirurgie complémentaire dans les cancers superficiels (T1) colorectaux. La pertinence clinique est majeure puisque le risque d’envahissement ganglionnaire et de métastases à distance concerne environ 10% de ces patients en cas de résection endoscopique incomplète ou de présence de facteurs pronostiques péjoratifs sur le spécimen de résection. A l’heure actuelle, les guidelines recommandent donc un traitement chirurgical complémentaire dans cette situation, mais seules 8 à 16% des chirurgies sont réellement nécessaires, les autres pièces opératoires étant indemnes de lésions carcinomateuses. De plus, la chirurgie colorectale complémentaire comporte un risque non nul de morbi-mortalité. Dans ce contexte, il est nécessaire de développer des aides à la décision cliniques de chirurgie complémentaire ou d’abstention, et l’avènement de l’intelligence artificielle et des ‘big datas’ représente une opportunité majeure. Même s’il ne s’agit que encore  que  d’un modèle mathématique, ces données sont tout à fait encourageantes. Une étude multicentrique évaluant ce modèle de façon prospective sur un échantillon plus large de patients est actuellement en cours.

 
 
  Références :  
 
Titre :   L’intelligence artificielle en endoscopie : gadget ou révolution ?
Titre original :   : Artificial intelligence may help in predicting the need for additional surgery after endoscopic resection of T1 colorectal cancer
Auteurs :   Katsuro Ichimasa, Shin-ei Kudo, Yuichi Mori, Masashi Misawa, Shingo Matsudaira, Yuta Kouyama, Toshiyuki Baba, Eiji Hidaka, Kunihiko Wakamura, Takemasa Hayashi, Toyoki Kudo, Tomoyuki Ishigaki, Yusuke Yagawa, Hiroki Nakamura, Kenichi Takeda, Amyn Haji, Shigeharu Hamatani, Kensaku Mori, Fumio Ishida, Hideyuki Miyachi
Source :   Article
Revue :   Endoscopy
Références biblio. :   2017 Dec 22. doi: 10.1055/s-0043-122385
 
     
     
  GastroScoop est un service de la Société Nationale Française de Gastro-Entérologie www.snfge.org