L’ivosidenib, un nouveau traitement pour les patients avec un cholangiocarcinome muté IDH1
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Docteur Manon ALLAIRE

Enthousiasme

À la une 15/10/2020

L’ivosidenib, un nouveau traitement pour les patients avec un cholangiocarcinome muté IDH1

L’étude randomisée multicentrique en double aveugle de phase 3 ClarIDHy a comparé la survie sans progression (critère de jugement principal) des patients avec un cholangiocarcinome intra-hépatique (CCI) muté IDH1 ayant reçu un traitement par ivosidenib (inhibiteur d’IDH1) (124 patients) en 2ème ou 3ème ligne après chimiothérapie systémique versus placebo (61 patients).

 

Dans les deux groupes, 5 % des patients présentaient une cirrhose et environ 90 % des patients présentaient des lésions extra-hépatiques. La survie sans progression était significativement plus élevée dans le groupe ivosidenib (2,7 versus 1,4 mois, HR=0,37 IC95 % 0,25-0,54, p<0.001). En revanche, aucune différence significative de survie globale en intention de traiter n’a été observée (10,8 mois pour le groupe ivosidenib versus 9,7 mois pour le groupe placebo (HR=0,69 IC95 % 0,44-1,10, p<0.06), probablement du fait de la possibilité d’utiliser l’ivosidenib dans le groupe placebo en cas de progression tumorale. Les taux de réponse objective et de stabilité du CCI selon les critères RECIST 1.1 étaient respectivement de 2 % et 51 % dans le groupe Ivosidenib versus 0 % et 28 % pour le groupe placebo. Dans le groupe ivosidenib, le taux d’effets secondaires de grade 3 ou 4 était de 30% (versus 22 % pour le placebo), 6 % ont vu leur traitement arrêté du fait de ses effets secondaires (versus 8% pour le sorafenib) et aucun décès lié au traitement n’a été observé.

Commentaires
 

Le CCI, dont l’incidence est en augmentation, garde un mauvais pronostic avec une survie globale à 5 ans inférieure à 10 %. Les patients diagnostiqués à un stade précoce peuvent accéder à un traitement curatif tel qu'une résection hépatique ou une transplantation hépatique. Néanmoins, la plupart des cas sont diagnostiqués à un stade avancé avec une survie globale médiane inférieure à 1 an malgré un traitement systémique adapté.

 

Les premières données de l’immunothérapie pour le CCI sont décevantes et d’autres pistes thérapeutiques sont actuellement à l’étude ciblant notamment des mutations tumorales particulières. L’étude ClarIDHy ouvre une nouvelle perspective thérapeutique de 2ème ligne chez les patients présentant une mutation IDH1 (10 % des CCI) après progression sous traitement systémique. Cependant, une des critiques de cette étude est le choix de la survie sans progression comme critère de jugement principal et non la survie globale, survie globale qui certes ne peut être correctement évaluée dans cette étude du fait de la possibilité d’utiliser l’ivosidenib dans le groupe placebo après progression.

 

A noter que des résultats similaires ont récemment été observés dans une étude de phase 2 utilisant le pemigatinib (inhibiteur de FGFR1/2/3) chez des patients ayant une fusion du gène FGFR2 représentant 10 à 15 % des CCI (mutation exclusive de la mutation IDH1).

 

Ces deux traitements permettent désormais d’envisager une approche thérapeutique personnalisée chez environ 25 % des patients avec un CCI.

Références
 
Titre :

L’ivosidenib, un nouveau traitement pour les patients avec un cholangiocarcinome muté IDH1

Titre original :

Ivosidenib in IDH1-mutant, Chemotherapy-Refractory Cholangiocarcinoma (ClarIDHy): A Multicentre, Randomised, Double-Blind, Placebo-Controlled, Phase 3 Study

Auteurs :

Abou-Alfa GH, Macarulla T, Jayl MM, Kelley RK, Lubner SJ, Adeva J, Cleary JM, Catenacci DV, Borad MJ, Bridgewater J, Harris WP, Murphy AG, Oh AY, Whisenant J, Lowery MA, Goyal L, Shroff R, El-Khoueiry AB, Fan B, Wu, B, Chamberlain CX, Jiang L, Gliser C, Pandya SS, Vall JW, Zhu AX.

Source(s) :

Article

Revue :

Lancet Oncology

Références biblio. :

Lancet Oncology 2020;Jun;21(6):796-807 doi.org/10.1016/S1470-2045(20)30157-1

Liens utiles
Lancet Oncology : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org