Médecine et bande dessinée : le cas des traumatismes crâniens
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur lointain

Rédacteur
Docteur Philippe GODEBERGE

Enthousiasme

À la une 05/04/2012

Médecine et bande dessinée : le cas des traumatismes crâniens

Pour tous les amateurs d'Astérix, et ils sont nombreux, il n'a pas pu passé inaperçu que les Romains recevaient au fil des histoires un nombre conséquents de "baffes", certaines violentes. Sans se poser la question de l'impact sur le lectorat d'un tel déchaînement de violence, Kamp et al ont d'abord essayé de mesurer l'épidémiologie des traumatismes crâniens dans la bande dessinée (comic books) Astérix.

Ainsi c'est 704 traumatismes crâniens qui ont pu être identifiés soit une moyenne de 20.7 par album. L'immense majorité (98.8%) des traumatismes sont la conséquence de coups portés lors d'une agression ; malheureusement les gaulois en sont l'origine dans pratiquement 90 % des cas. Les Romains sont les victimes de ces traumatismes dans 70.5 % des cas.
En utilisant le score de Glasgow (Glasgow Coma Scale ou GSC) les auteurs ont calculé que plus de 50% des traumatismes étaient sévères (GSC< 8). Ils sont d'ailleurs associés à des fractures de la base du crâne et à des pertes de conscience. Manifestement dans le cas présent le port d'un casque ne protège pas de ces traumatismes et de leur conséquence puisque 70.5% des victimes en portent ; ceci est à rapprocher du fait que 87.7% des porteurs de casque le perdent à l'occasion du coup porté. Enfin dans 83% des cas, le traumatisme crânien survient alors que l'un des deux protagonistes est sous l'influence d'une substance dopante appelée "potion magique". Les auteurs concluent que le port du casque, sa perte au cours de l'attaque, la nationalité Romaine et un adversaire sous l'influence de la potion magique, sont des facteurs statistiquement corrélés à une perte importante de conscience au cours des traumatismes crâniens dans la bande dessinée ASTERIX (p< 0.05). dont les traumatismes sont autrement plus graves puisqu'associés à une mortalité avant cuisson de 100%. On attend avec impatience l'étude du nombre traumatismes par arme à feu dans la série Lucky Luke ou Blake et Mortimer…
Commentaires
 

Cet article représente un travail de romain, bien que réalisé par nos collègues allemands. Il y a en effet 34 albums des aventures d'Astérix et leur lecture critique a du donner lieu à de longues séances de lectures bien plus fastidieuses que la lecture de 34 numéros du Lancet. Il s'agit d'une étude rétrospective ce qui dans le cas présent n'en limite pas la portée. Les données colligées sont dans la plus part des cas assez pertinentes . On regrette néanmoins que les auteurs des baffes n'aient pas été ciblés. Ainsi des auteurs français se seraient probablement attachés à évaluer la part respective des baffes données par Astérix, Obélix ou Cétautomatix. Il manque aussi la moyenne des traumatismes par album du barde Assurancetourix. Il aurait été également intéressant de savoir si la fréquence des baffes variaient selon la région du monde visitée. Les auteurs auraient pu ainsi identifié un facteur de risque selon l'origine géographique, même si il est évident que pour Astérix chez les Goths, les auteurs auraient du déclarer des conflits d'intérêts. Ce que ne disent pas les auteurs, c'est pourquoi , à une époque où la médecine était assez rustique, aucun mort ou déficit séquellaire durable n'a été observé au décours des traumatismes. Par exemple, il est actuellement recommandé de mettre en place une assistance ventilatoire en cas de GSC < 8, ce qui ne pouvait être le cas à l'époque. Dans ces formes graves, la mortalité peut atteindre 25 % ce qui aurait du amener un recensement d'environ 75 morts soit une moyenne de 2.2 par album. Enfin les grands oubliés de cette étude sont les sangliers.

Références
 
Titre :

Médecine et bande dessinée : le cas des traumatismes crâniens

URL : Traumatic brain injuries in illustrated literature: experience from a series of over 700 head injuries in the Asterix comic books
Auteurs :

Kamp M-A, Slotty P, Sarikaya-Seiwert S, Steiger H-J, Hänggi D

Source(s) :

Article

Revue :

Acta Neurochirurgica

SNFGE.org