Ostéoporose et gastroenterologie : faut-il dépister la plupart de nos patients chroniques ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Philippe AYGALENQ

Enthousiasme

À la une 11/02/2011

Ostéoporose et gastroenterologie : faut-il dépister la plupart de nos patients chroniques ?

Dans une base de données de 1.461.207 patients consultant à boston sur 10 ans, les auteurs ont retrouvé 3192 pancréatites chroniques, 6057 Crohn, 16658 cirrhoses, 1480 maladies coeliaques et 313 gastrectomies.

Dans chacune de ces populations sur ces 10 années, la prévalence des fractures dont le site évoque une ostéopénie sous jacente a été  : 1.1% dans la population totale, 3.0% chez les patients ayant une maladie de Crohn, 4.8% chez les patients ayant une pancréatite chronique, 4.8% chez les patients ayant une cirrhose,  5.0% chez les patients ayant une maladie coeliaque et 5.4% en post-gastrectomie. Chaque groupe était significativement plus à risque que le groupe controle (P<0.001) sans différence intergroupe  (P>0.05). L'odds ratio pour le risque de fracture comparé au groupe contrôle, ajusté pour l'age, le sexe, et l'origine éthnique, est de 2.4 pour les pancréatites chroniques, 1.7 pour les maladies de Crohn, 2.7 pour les maladies coeliaques, 2.6 pour les malades porteurs d'une cirrhose et 2.5 en post gastrectomie. Tous sont significativement supérieurs au groupe contrôle  (P<0.0001).
 
En conclusion, la prevalence de fractures évaluées comme "non traumatique" chez les porteurs de pancréatite chronique est  comparable à celle de pathologies gastro-entérologiques dite  "à risques", pour lesquelles des recommandations de dépistage de l'osteoporose existent déjà.
Commentaires
 

Cette étude qui a la fragilité d'un travail rétrospectif sur base de données, a néanmoins la force du nombre (+ d'un million de patients) pour nous suggérer des risques relatifs élevés d'ostéoporose chez une majorité de malades chroniques de gastroentérologie. Nous avons été sensibilisés au risque osseux de la maladie cœliaque, des maladies cholestatiques chroniques (CBP,CS), puis des MICI. Il faut désormais y ajouter les pancréatites chroniques (première étude évoquant ce risque) et ne pas oublier les cirrhoses et les gastrectomies. Il existe aujourd'hui des tests diagnostic de l'ostéoporose simples et validés, et des traitements ayant fait la preuve de leur efficacité curative et préventive. Il faut donc être plus vigilant dans ces populations de patients chroniques, pour ce risque de pathologie fréquente, invalidante, et associé à une surmortalité.

Références
 
Titre :

Ostéoporose et gastroenterologie : faut-il dépister la plupart de nos patients chroniques ?

URL : High prevalence of low trauma fracture in chronic pancreatitis
Auteurs :

Tignor A-S, Wu B-U, Whitlock T-L, Lopez R, Repas K, Banks P-A, Conwell D

Source(s) :

Article

Revue :

American Journal of Gastroenterology

Références biblio. :

Am J Gastroenterol. 2010 Dec;105(12):2680-6. Epub 2010 Aug 24

Liens utiles
Lifetime risk of hip fracture is underestimated
   
Residual Lifetime Risk of Fractures in Women and Men
   
SNFGE.org