Pas d'augmentation des complications de la chirurgie digestive sous anti-TN
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Moyen

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Guillaume CADIOT

Enthousiasme

À la une 06/05/2013

Pas d'augmentation des complications de la chirurgie digestive sous anti-TN

Les anti-TNF augmentent d’un facteur 2-3 le risque d’infections. Quelques études ont suggéré un risque élevé de complications, dont les complications infectieuses, en cas de chirurgie digestive sous anti-TNF, notamment en cas de colectomie totale et anastomose iléo-anale. Cette étude rétrospective cas-témoins canadienne a évalué les risques de complications post-opératoires chez des malades atteints de MICI traités par anti-TNF. 195 patients ayant reçu des anti-TNF dans les 180 jours avant une chirurgie digestive pour leur MICI ont été appariés à 278 témoins MICI ayant eu une chirurgie digestive mais sans anti-TNF. L’appariement portait sur le type de chirurgie, le type de MICI, l’exposition à une corticothérapie > 20 mg/j dans les 7 jours et l’âge (< ou > 50 ans). Les 2 groupes étaient comparables sauf sur la prise de thiopurines, significativement plus fréquente dans le groupe anti-TNF (36% vs 20%). Dans la période post-opératoire de 30 jours, les paramètres post-opératoires suivants n’étaient pas différents entre les groupes avec et sans anti-TNF: durée d’hospitalisation, fièvre > 38,5°C, obstruction intestinale, réhospitalisation, infections urinaires, pneumopathie, bactériémie, choc septique, besoin d’antibiotiques, lâchage anastomotique, ponction percutanée d’abcès, éventration, mortalité (3 décès d’origine infectieuse, 1% (n=2) dans le groupe anti-TNF vs 0,4% (n=1)). Le taux d’infection de paroi était significativement plus élevé dans le groupe anti-TNF (19% vs 11%), mais cette différence disparaissait en analyse multivariée. Une analyse similaire faite dans le sous-groupe recevant à la fois un anti-TNF et une corticothérapie n’a pas montré de différence significative sur les paramètres évalués. En revanche, l’association anti-TNF-thiopurine (n=70 appariés à 96 témoins dont seulement 13% recevaient des thiopurines) augmentait le risque d’infection urinaire (8/70 vs 0), d’infection de paroi (17/70 vs 8/96), de bactériémie et de besoin en antibiotiques, sans autre différence, notamment sur les grands indicateurs (durée de séjour, nouvelle chirurgie, réhospitalisation…). Il n’y avait pas de différence entre cas et témoins, selon les types de chirurgie, notamment dans le groupe opéré du grêle et dans le groupe colectomie subtotale. Enfin, les taux de complications étaient similaires quels que soient les délais de la chirurgie par rapport à la dernière administration d’anti-TNF : < 14 jours, 15-30 jours et 31-180 jours.

Commentaires
 

Cette grande étude, bien que rétrospective, apporte des arguments rassurants quant à l’absence de risque significatif d’augmentation des complications, notamment infectieuses, après chirurgie digestive sous anti-TNF, même dans les 14 jours après la dernière administration du traitement. Il y avait une augmentation, certes significative mais cependant modeste, du risque d’infection urinaire, de paroi ou de bactériémie en cas d’association avec les thiopurines mais pas avec les corticoïdes. Qu’en retenir pour la pratique ? Si les anti-TNF sont nécessaires, il n’y a pas de raison de les arrêter ou bien de décaler le geste chirurgical pour permettre leur arrêt. Il faut certainement être plus vigilant en cas de thérapie combinée avec les immunosuppresseurs. Enfin, le nombre de malades ayant eu une anastomose iléo-anale en 1 temps est trop faible (n=11) pour conclure que l’absence de risque est également démontrée dans ce groupe très à risque de complications infectieuses. Ces conclusions ne s’appliquent pas aux autres types de chirurgie, osseuse notamment.

Références
 
Titre :

Pas d'augmentation des complications de la chirurgie digestive sous anti-TN

Titre original :

Preoperative biological therapy and short-term outcomes of abdominal surgery in patients with inflammatory bowel disease

Auteurs :

Waterman M, et al

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut 2013;62:387-94

SNFGE.org