Pentoxyphilline contre stéatohépatite non alcoolique
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Docteur Emile-alexandre PARIENTE

À la une 26/10/2011

Pentoxyphilline contre stéatohépatite non alcoolique

En dehors de travaux récents suggérant l'efficacité de la vitamine E (dont l'innocuité à long terme n' est pas établie), et depuis le retrait des glitazones, aucun médicament n' a une efficacité prouvée dans la NASH.

Dans un essai randomisé étasunien, contrôlé contre placebo, 55 malades ayant une NASH (sans cirrhose) établie par biopsie hépatique furent tirés au sort pour recevoir soit le placebo, soit de la pentoxyphilline (PTX, un médicament ancien, ayant notamment des effets sur la production de cytokines proinflammatoires et hépatoprotecteur) à raison de 1200 mg/j pendant 12 mois. Les malades étaient âgés de 50 ans en moyenne, avec 2/3 d' hommes, obèses (IMC moyen 33,5), 9% de diabétiques.
 
Le critère principal de jugement, une diminution d' au moins 2 points du score NAS ( qui combine une évaluation semi-quantitative de la stéatose, de l' inflammation et de la ballonisation hépatocytaire), fut atteints chez 39% des malades recevant la PTX et 14% de ceux sous placebo (P = 0,036) : il s' agissait d' une analyse en intention de traiter considérant les 9 malades n' ayant pas eu de seconde biopsie comme des échecs. La diminution concernait la stéatose et l' inflammation mais pas la ballonisation; il existait une différence significative pour la fibrose (-0,2 vs + 0,4 sur une échelle de 0 à 4 points, P = 0,038). Les résultats étaient encore plus favorables au groupe PTX sur l'analyse ne prenant en compte que les malades re-biopsiés. L' IMC diminua en moyenne de 0,28 kg/m2 dans le groupe PTX et augmenta de 0,52 kg/m2 dans le groupe placebo.
 
En analyse multivariée, seuls le traitement par PTX et l' IMC étaient des prédicteurs indépendants d' amélioration du score NAS; seul le traitement par PTX était associé à une amélioration de la fibrose. Finalement 25% des malades sous PTX n' avaient plus de NASH en fin d' étude contre 4% sous placebo (P=0,03). Les transaminases ALT mais pas AST furent significativement améliorées sous PTX. Il n' y avait pas d' amélioration de marqueurs de l' insulinorésistance ni de l' apoptose hépatocytaire. En dehors de nausées/vomissements plus fréquents sous PTX, il n' y eut pas d' effet indésirable notable.
Commentaires
 

C'est un petit essai pilote, mais très bien mené par une excellente équipe. Une amélioration du score histologique NAS (chez la moitié des malades) et une amélioration de la fibrose sont des résultats rarement observés dans la NASH, même si, comme habituellement, c'est la stéatose et l' inflammation qui diminuent le plus. La population est particulière par sa faible densité en diabétiques. La petite perte de poids sous PTX pourrait être liée aux troubles digestifs fréquents, mais n'explique pas à elle seule les bénéfices observés. Un essai à grande échelle est justifié, de ce médicament ancien, bien toléré dans d'autres essais en hépatologie (hépatite alcoolique, cirrhose), et peu coûteux...c'est à dire aussi sans soutien financier de l' industrie et donc bien difficile à mettre en route; la même réserve empêche sans doute la réalisation d' un essai bien fait sur la metformine chez les non-diabétiques !

Références
 
Titre :

Pentoxyphilline contre stéatohépatite non alcoolique

Titre original :

Pentoxifylline Improves Nonalcoholic Steatohepatitis: A Randomized Placebo-Controlled Trial

Auteurs :

Zein C-O, Yerian L-M, Gogate P, Lopez R, Kirwan J-P, Feldstein A-E, McCullough A-J

Source(s) :

Sous-presse

Références biblio. :

Hepatology 2011(sous presse) DOI: 10.1002/hep.24544

SNFGE.org