Qualité et coloscopie : les marqueurs sont prèts !
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Philippe AYGALENQ

Enthousiasme

À la une 23/05/2012

Qualité et coloscopie : les marqueurs sont prèts !

Cet article reprend les données du dépistage du cancer colorectal par hémocult en Angleterre. Les différences avec notre système comprennent un début à 60 ans pour les patients, et surtout une sélection des endoscopistes sur leur expérience passée (au moins 1000 actes effectués) et un stage de validation théorique (examen écrit) et pratique sur 2 examens effectués devant des investigateurs experts.

Avec un  taux de participation à l'hémocult de 52 %, 2% des 2 269 983 tests se sont révélés positifs entrainant 36460 coloscopies. 10 indicateurs de qualité ont été évalués comprenant le taux de coloscopie avec adénome réséqué, le nombre de polypes détectés, le nombre de polypes réséqués, le taux de rétro-vision rectale, le temps de retrait lors d'un examen normal, le taux d'examen complet jusqu'au cæcum, l'utilisation de sédation, d'antalgiques, la qualité de la préparation, ainsi que le nombre d'effets secondaires.

Le taux d'intubation caecale est de 95.2%, la moyenne du temps de retrait d'un examen normal est de 9.2 min.

Le taux de coloscopie avec adénome réséqué est de 46.5%. (21.9% à 59.8%)

Le taux de coloscopie avec adénome réséqué est fortement corrélé au taux d'intubation caecal (p : 0.203, p : 0.013), à la moyenne du temps de retrait (p : 0.236, p : 0.004), puis au taux de retro vision rectale (p : 0.193, p : 0.019) et à la proportion de polypes retirés (p : 0.241, p : 0.003).

Le taux de coloscopie avec adénome réséqué est fortement dépendant de l'endoscopiste avec un ratio de 1 à 3 d'un opérateur à l'autre. Cette différence inter-opérateur persiste après standardisation pour l'age et le sexe des patients.

Le nombre moyen d'adénomes par procédure est 0.91, le nombre moyen d'adénome par coloscopie avec polypes est 1.94.

Le taux de perforation est de 0.09% des procédures, sans décès.

Il n'y a pas de corrélation avec la qualité de la préparation ou le score de confort du patient. Le nombre d'adénomes réséqués est en nette augmentation par rapport a l'étude précédente (2006) validant pour les auteurs, les efforts fait sur la qualité des coloscopies en Angleterre. Les tutelles envisagent désormais la sélection des endoscopistes sur le taux de coloscopie avec adénomes réséqués.

Commentaires
 

Ces données de niveau national confirment celle retrouvées dans les études françaises régionales. On peut se réjouir de l'amélioration nette du taux de coloscopie avec adénome réséqué, probablement lié à la fois à la sensibilisation des opérateurs à la détection des lésions planes, aux nouveaux endoscopes, et aux nouvelles techniques de résection plus sures. On se réjouit aussi de la très faible morbidité de l'examen. Néanmoins, comme cela se fait déjà en Angleterre, il faut se préparer à une évaluation individuelle de la performance en endoscopie, probablement basée sur le taux de coloscopie avec adénome réséqué, et le temps moyen de retrait. Certains seront optimistes et se réjouiront de cette motivation à la performance, d'autres plus inquiets, ou plus réalistes (en ces temps d'accréditation et de P4P), se méfieront des futures contraintes liées au recueil des données d'évaluation, et aux mesures coercitives en cas d'objectif non atteint. En effet, une évaluation n'aura de sens que si les données recueillies sont fiables et correctement utilisées. Quoiqu'il en soit, il est temps de s'auto-évaluer sur son taux de coloscopie avec adénome réséqué et probablement sur son temps de retrait avant que d'autres ne nous l'imposent.

Références
 
Titre :

Qualité et coloscopie : les marqueurs sont prèts !

Titre original :

Colonoscopy quality measures: experience from the NHS Bowel Cancer Screening Programme

Auteurs :

Lee T-J, Rutter M-D, Blanks R-G, Moss S-M, Goddard A-F, Chilton A, Nickerson C, Mc Nally R-J, Patnick J, Rees C-J

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut 2012;61:1050e1057

SNFGE.org