Risque de cancer colique ou de dysplasie sévère dans la cohorte de MICI CESAME
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Confirmation

Rédacteur
Professeur Philippe MARTEAU

Enthousiasme

À la une 26/01/2014

Risque de cancer colique ou de dysplasie sévère dans la cohorte de MICI CESAME

La cohorte française CESAME a permis un suivi de presque 20.000 sujets atteints de MICI en France a permis de montrer que dans les conditions actuelles, les sujets atteints d’une MICI colique étendue ont un risque relatif de 7 de développer un cancer du côlon ou une dysplasie de haut grade (intervalle de confiance 4,4 à 10,5), que ce risque (au contraire) n’est pas augmenté de manière significative quand la colite n’est pas ancienne (<10ans), et pas étendue (<50% du colon). Enfin, l’excès de risque en cas de colite ancienne et étendue est notablement diminué chez les malades recevant une thiopurine (HR= 0,28 avec intervalle de confiance de 0,1 à 0,9).

Commentaires
 

La cohorte française CESAME a été dichotomisée en un groupe de 2841 sujets qui avaient (déjà) une colite étendue (plus de 50% du côlon) et ancienne (de plus de 10 ans) au début de l’étude et le reste de sujets (colites moins étendues et/ou moins anciennes). La taille et le suivi de ces groupes ont permis une puissance statistique suffisante pour répondre à des questions importantes sur le risque actuel de cancer et dysplasie (tenant compte des modalités thérapeutiques et de dépistage), notamment chez les malades recevant des thiopurines. Le message sur les thiopurines est clair : si la prise de thiopurines est associée à une augmentation des risques de lymphome et de cancers cutanés, elle est (au contraire) associée à un plus faible risque de néoplasie colique ce qu’on imagine dû à un meilleur contrôle de l’inflammation locale. Un autre point est à noter : des cancers coliques liés à la MICI peuvent survenir tôt (avant 10 ans d'évolution de la MICI) et dans un tiers des cas chez des malades n’ayant qu’une colite peu étendue, d’où l’idée de ne pas oublier cette population dans notre politique de prévention (par un bon contrôle de l’inflammation dont le critère de jugement reste à définir).

Références
 
Titre :

Risque de cancer colique ou de dysplasie sévère dans la cohorte de MICI CESAME

Titre original :

Risk of colorectal high-grade dysplasia and cancer in a prospective observational cohort of patients with inflammatory bowel disease

Auteurs :

Beaugerie L, Svrcek M, Seksik P, Bouvier AM, Simon T, Allez M, Brixi H, Gornet JM, Altwegg R, Beau P, Duclos B, Bourreille A, Faivre J, Peyrin-Biroulet L, Fléjou JF, Carrat F

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology 2013;145:166-175

SNFGE.org