Transplantation de microbiote fécal dans l’intestin irritable : la route est encore longue…
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Recherche clinique

Impact soin
Faible

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur lointain

Rédacteur
Professeur Frank ZERBIB

Enthousiasme

À la une 26/02/2019

Transplantation de microbiote fécal dans l’intestin irritable : la route est encore longue…

Cette équipe danoise a mené une étude randomisée évaluant l’efficacité de la transplantation de microbiote fécal (TMF) dans le syndrome de l’intestin irritable (SII).

52 patients ont reçu pendant 12 jours une TMF administrée par gélules ou des gélules de placebo.

A 6 mois, il existait une amélioration significative des symptômes (évalués par le score de Francis) et de la qualité de vie dans le groupe placebo. La biodiversité du MF était initialement diminuée chez les patients par rapport aux donneurs. A 6 mois, cette biodiversité était non différente dans le groupe TMF par rapport aux donneurs, alors qu’elle était inchangée dans le groupe placebo. Il existait plus de diarrhées dans le groupe TMF que dans le groupe placebo.

Commentaires
 

Les anomalies du microbiote fécal dans le SII ont été confirmées par de nombreuses études. Cette « dysbiose » est supposée jouer un rôle dans la physiopathologie du SII et dans la genèse des symptômes, d’où l’engouement des médecins (et des patients !) pour la TMF dans cette maladie. Des études ouvertes et une étude randomisée ont suggéré l’efficacité la TMF dans le SII.

Les résultats de cette étude viennent doucher un enthousiasme pourtant légitime vis-à-vis de ce traitement puisque le placebo fait mieux que la TMF !

Plusieurs aspects méthodologiques peuvent avoir influencé les résultats : le type de patients inclus (tous type de SII vs SII avec diarrhée ou mixtes), le recours à des donneurs multiples vs mono-donneur, la voie d’administration, la réalisation d’une préparation colique préalable à la TMF, la durée du traitement.

Ces résultats illustrent que, comme dans d’autres indications comme la RCH, de nombreux aspects pratiques peuvent influencer les résultats de la TMF. Ils posent aussi la question du rôle de la dysbiose dans le SII dans la mesure où la correction de celle-ci ne s’accompagne pas d’une amélioration symptomatique. On ne peut exclure que la dysbiose ne soit qu’un épiphénomène, voire une conséquence du SII lui-même, en particulier les anomalies du transit intestinal. Néanmoins, les auteurs eux-mêmes considèrent que la TMF est un traitement d’avenir du SII, sous réserve que ses modalités soient mieux définies.

Une bonne nouvelle quand même : les modifications du microbiote (amélioration de la biodiversité) perdurent dans le temps, à 6 mois dans cette étude. Tous les espoirs sont encore permis mais la route est longue.

Références
 
Titre :

Transplantation de microbiote fécal dans l’intestin irritable : la route est encore longue…

Titre original :

Faecal microbiota transplantation alters gut microbiota in patients with irritable bowel syndrome: results from a randomised, double-blind placebo-controlled study

URL : https://gut.bmj.com/content/gutjnl/67/12/2107.full.pdf
Auteurs :

Halkjær SI, Christensen AH, Lo BZS, Browne PD, Günther S, Hansen LH, Petersen AM

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut. 2018 Jul 6. pii: gutjnl-2018-316434. doi: 10.1136/gutjnl-2018-316434

SNFGE.org