Un essai randomisé compare le cap et le système multiband pour les résections endoscopiques fragmentées des néoplasies superficielles de l’œsophage.
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Moyen

Avancement
Recherche clinique

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Edouard Chabrun

À la une 26/01/2016

Un essai randomisé compare le cap et le système multiband pour les résections endoscopiques fragmentées des néoplasies superficielles de l’œsophage.

Il existe deux systèmes pour la résection par mucosectomie fragmentée des néoplasies œsophagiennes superficielles (dysplasie intra-épithéliale de haut grade et carcinome épidermoïde superficiel (CES)). Le système du cap, qui justifie une injection sous-muqueuse et l’utilisation d’anse diathermique asymétrique, et le système multiband (ou mucosectomie multiband (MBM)) qui est un ligateur élastique de varices œsophagiennes qui ne justifie pas de soulèvement muqueux.  Le but de cette étude prospective était de comparer ces deux techniques de mucosectomie.

84 patients ont été inclus prospectivement. Ils avaient des néoplasies œsophagiennes superficielles de 2 à 6 cm de longueur, n’occupant pas plus des 2/3 de la circonférence œsophagienne. Après coloration au lugol, ils étaient randomisés en 2 groupes : un groupe MBM et un groupe Cap. Les objectifs primaires étaient le temps de procédure, le caractère complet de la résection, les complications, la récidive à 3 et 12 mois.

42 patients patients ont été inclus dans chaque groupe. Tous les patients ont eu une résection complète de leur lésion. Le temps de procédure était significativement plus court dans le groupe MBM que dans le groupe cap (11 vs 22 minutes, p<0.0001). Il n’y a eu qu’une seule perforation, dans le groupe cap, traitée endoscopiquement. Le coût était significativement plus faible dans le groupe MBM (200 vs 251 dollars, p=0.04). A 3 et 12 mois, aucune récidive locale n’était diagnostiquée, quel que soit la nature la lésion (intra-épithéliale ou CES).

 

Commentaires
 

Les auteurs concluent à la supériorité de la technique MBM sur la technique du cap. Nous voyons qu’en effet, elle semble plus rapide et moins couteuse. Mais cette étude a surtout l’avantage de replacer l’intérêt de la mucosectomie œsophagienne quel que soit l’outil utilisé. Elle reste une technique sure, rapide, peu couteuse. Nous parlons beaucoup de dissection sous-muqueuse (DSM). Je rappelle que les recommandations européennes placent la DSM comme technique de référence pour les CES et la mucosectomie fragmentée comme référence pour la résection des lésions intra-épithéliales. Ce message est  important pour les centres qui n’ont pas accès à la dissection sous-muqueuse.

Cependant, la limite de cette étude est le suivi insuffisant pour affirmer l’absence de récidive locale. Nous savons que, dans le cadre des CES, la récidive locale n’est pas négligeable en cas de résection fragmentée, ce qui justifie un suivi endoscopique avec coloration rapproché.

Références
 
Titre :

Un essai randomisé compare le cap et le système multiband pour les résections endoscopiques fragmentées des néoplasies superficielles de l’œsophage.

Titre original :

A randomized trial comparing multiband mucosectomy and cap-assisted endoscopic resection for endoscopic piecemeal resection of early squamous neoplasia of the esophagus.

Auteurs :

Zhang YM1, Boerwinkel DF2, Qin X1, He S1, Xue L3, Weusten BL2, Dawsey SM4, Fleischer DE5, Dou LZ1, Liu Y1, Lu N3, Bergman JJ2, Wang GQ

Source(s) :

Article

Revue :

Endoscopy

Références biblio. :

Endoscopy. 2015 Nov 6. [Epub ahead of print]

SNFGE.org