Un FIT négatif est-il toujours rassurant ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Docteur Patrice PIENKOWSKI

Enthousiasme

À la une 21/12/2017

Un FIT négatif est-il toujours rassurant ?

Tous les patients participant au programme de dépistage néerlandais ayant un test négatif (seuil de positivité fixé à 10μgHb/g) entre Novembre 2006 et Décembre 2014 ont été suivis de manière prospective (suivi médian : 4.7 années, 1 à 4 cycles) soit 7 663 individus. L’étude porte sur le risque de développer une néoplasie avancée (NA) (Adénome de plus de 10 mm, adénome avec 25% de composante villeuse, dysplasie sévère ou CCR) en fonction de la concentration en hémoglobine (CHb). Après un premier test, le risque relatif (RR) est de 1.2, 2.8, 5.7, 4.2 et 8.2 respectivement pour des CHb de 0 à 2 μgHb/g , 2 à 4 μgHb/g, 4 à 6 μgHb/g, 6 à 8 μgHb/g et 8 à 10 μgHb/g : ainsi, les individus avec une CHb comprise entre 8 et 10μgHb/g ont une incidence cumulée de NA à 8 ans de 33% (vs 5% en cas de CHb nulle). Le sur-risque se cumule au fil des tests suivants, par exemple sur 2 cycles : 7.8, 9.0 et 14.3 pour des concentrations de 5 et 5 μgHb/g, 1 et 8 μgHb/g et 8 et 8 μgHb/g respectivement. Les individus ayant 2 tests successifs compris entre 8 et 10 ont 14 fois plus de risque de développer une NA que ceux ayant 2 FIT successifs à 0.

Chez les individus ayant un FIT négatif, la CHb dans les selles est donc un facteur prédictif indépendant pour le risque ultérieur de NA pouvant aller jusqu’à un RR de 14 en cas de deux tests immédiatement en dessous du seuil. Les auteurs suggèrent que ces résultats pourraient être mis à profit pour élaborer des stratégies de dépistage plus personnalisées.

Commentaires
 

Ces résultats sont innovants ; il montrent que le concept de « test négatif » peut être faussement rassurant et qu’il existe de grandes disparités dans ce groupe qui représente en France 96% de la cible soit environ 8.5 million de personnes (pour taux de positif de 4% un taux de participation ideal de 50%) ! Le risque ultérieur de néoplasie avancée augmente de manière quasi linéaire avec la CHb dans les selles et il est probable que cette linéarité se poursuive pour des concentrations supérieures au seuil. Comme pour beaucoup de paramètres biologiques la notion de seuil est arbitraire : il n’y a pas « absence de risque » en deçà et « risque » au delà mais probablement une variation continue du risque. Ces données soulèvent deux problèmes de fond : 1) la communication systématique de la CHb sur le document remis au patient avec comme objectif un dépistage plus personnalisé (intervalles de FIT et recours au diagnostic adaptés à chaque cas), 2) le choix optimal du seuil déclenchant l’indication d’une coloscopie : ce choix, éminemment politique, conditionne très probablement l’efficacité du programme : avec un seuil fixé en France à 30μgHb/g , soit 3 fois supérieur au seuil de l’étude, le risque relatif en cas de test « négatif » est potentiellement encore plus élevé.

Références
 
Titre :

Un FIT négatif est-il toujours rassurant ?

Titre original :

Association Between Concentrations of Hemoglobin Determined by Fecal Immunochemical Tests and Long-term Development of Advanced Colorectal Neoplasia

Auteurs :

Esmée J. Grobbee, Eline H. Schreuders1 Bettina E. Hansen, Marco J. Bruno, Iris Lansdorp-Vogelaar, Manon C. W. Spaander, and Ernst J. Kuipers

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology 2017 153:1251–1259

SNFGE.org