Un gastroentérologue sinon rien
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Philippe GODEBERGE

Enthousiasme

À la une 05/09/2013

Un gastroentérologue sinon rien

Cette étude rétrospective avait pour but d'évaluer l'impact de la qualification du médecin référent sur la qualité de la prise en charge hospitalière des RCUH. De 3 à 6% par an des RCUH sont hospitalisées pour une poussée sévère, incluant pour certaines une colectomie. Les données présentées ont été extraites de bases de données (équivalent canadien de notre PMSI). Les patients hospitalisés ont été pris en charge dans 99.7% des cas par un gastroentérologue (GE), un généraliste (GP), un interniste (I) ou un chirurgie (general surgeon; S). Les patients qui ont été exclus étaient hospitalisés pour cancer, ou colectomie programmée.

Entre 2002 et 2008, 4278 patients (sur 5265) répondaient à ces critères. Au cours du séjour hospitalier, la mortalité GE vs autres (GP/I/S) est de 0.2% vs 1.1% (p<0.001)! Une fois ajusté sur les cofacteurs comme l'âge ou des comorbidités, la mortalité pour les non GE restait 3 fois plus élévée par rapport à celle de la prise en charge de GE. Cet excès de mortalité perdure si on compare chaque groupe un à un aux GE; il n'y a pas de différence entre les 3 groupes non GE. Enfin l'écart le plus important est noté entre GP et GE (OR à 6.2).

Au décours de l'hospitalisation index, des patients vont être  finalement colectomisés. Si on s'intéresse au groupe des patients NON colectomisés à un an, les paramètres GE versus non GE sont en faveur des GE : mortalité à 4.04 vs 1.14; taux de réhospitalisation 42.3 vs 37.7.

Commentaires
 

En résumé, les résultats sont assez clairs: il vaut mieux être pris en charge par un GE comme responsable de la prise en charge. Si il n'intervient que comme consultant les résultats sont moins probants. L'impact de cette étude est certes minorée par son caractère rétrospectif, basée sur un codage dont la pertinence reste à déterminer avec précision. Mais cela est vrai quel que soit le praticien concerné. Les auteurs signalent que les hospitalisations directes en unité de chirurgie n'ont pu être prises en compte, que ce soit pour une colectomie semi programmée dans le cadre de la prise en charge d'une forme réfractaire, soit pour chirurgie programmée. Malgré ces limitations la cohérence des résultats est un argument pour la profession pour mettre en avant son savoir faire et sa spécificité.

Références
 
Titre :

Un gastroentérologue sinon rien

Titre original :

Impact of gastroenterologist care on health outcomes of hospitalised ulcerative colitis patients

URL : Impact of gastroenterologist care on health outcomes of hospitalised ulcerative colitis patients
Auteurs :

Murphy S-K, Steinhart AH, Tinmouth J, Austin P-C, Nguyen GC

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Murthy SK, Steinhart AH, Tinmouth J, Austin PC, Nguyen GC. Impact of gastroenterologist care on health outcomes of hospitalised ulcerative colitis patients. Gut; 2012. 1410-6.

SNFGE.org