Un pansement pour l’intestin grêle fragilisé
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Moyen

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Jean-Christophe SAURIN

Enthousiasme

À la une 12/03/2019

Un pansement pour l’intestin grêle fragilisé

L’aspirine est un médicament particulièrement banal et répandu dans le monde avec 65 milliards de prise par an. Les patients sous aspirine avec un saignement chronique ou aigu de l’intestin grêle représentent une situation courante en hépato-gastroentérologie. Ces patients, après un bilan endoscopique haut et bas sont orientés vers un examen par capsule de l’intestin grêle, avec un diagnostic de saignement aigu sans lésion identifiée ou d’ulcère/érosion du grêle.
 

Ce travail de l’université de Hong Kong a consisté à évaluer l’effet du misoprostol, un analogue de la prostaglandine E1 utilisé auparavant dans le traitement et la prévention des ulcères gastriques, dans un essai randomisé prospectif réalisé chez 84 patients présentant un saignement digestif et des ulcérations sous aspirine au long cours. Les patients étaient inclus sur un résultat de capsule montrant des érosions (> 4) ou des ulcérations larges ou profondes de l’intestin grêle. Ils recevaient un placebo ou la dose classique de 200 g 4 fois par jour de misoprostol. Une période d’observation sous traitement était fixée à 8 semaines, suivie d’un contrôle par capsule endoscopique. Le misoprostol permettait d’augmenter de façon significative sur 8 semaines (+0.7 gr en moyenne) le taux d’hémoglobine des patients traités vs placebo, et de diminuer le nombre d’ulcères de façon plus importante (de 6.5 à 2 vs de 7 à 4) dans le groupe traité.

Le prix à payer pour cette efficacité clinique était un inconfort digestif avec l’induction d’une diarrhée modérée, retrouvée chez 3 patients sur 42 (7.1 %) dans ce travail pour le groupe traité, vs aucun patient du groupe placebo, et un ballonnement abdominal chez 8 (19 %) versus 3 ( 7.1 %). 

Commentaires
 

L’entéropathie aux AINS est une donnée souvent négligée, alors que 55 à 68 % des volontaires sains sous ains présentent des ulcérations du grêle. Le saignement chronique ou aigu chez les patients traités au long cours par aspirine dans un contexte de cardiopathie est une situation fréquente : 0.2 % des patients sous aspirine au long cours présentent un saignement significatif clinique.

La banalisation de l’évaluation par capsule de l’intestin grêle dans ces situations après une endoscopie haute et basse non contributive conduit à fréquemment proposer une entéroscopie thérapeutique sur des saignements ou des angiodysplasies mis en évidence par la capsule. Le bénéfice de cette intervention reste très hypothétique du fait i) du niveau de preuve très faible d’un bénéfice du traitement des angiodysplasies dans cette situation et ii) de la faible rentabilité de l’entéroscopie dans une situation de saignement modéré du grêle potentiellement lié à l’aspirine (érosions multiples).

Le misoprostol, compte tenu de cette efficacité sur le taux d’hémoglobine et sur les érosions sous aspirine (ou ains) pourrait être testé avant entéroscopie dans un groupe ciblé de patients, prenant de l’aspirine, présentant une anémie ou un saignement digestif, avec une endoscopie haute et basse normale. Bien entendu l’évaluation par capsule reste probablement pertinente chez ces patients, avant traitement.

On tient peut-être là une vraie nouveauté pour la prise en charge de patients lourds et fragiles, confirmée cette année par un autre essai randomisé en contexte d’aspirine/ains (Taha A, Lancet Gastroenterology and Hepatology, 2018, vol 3, p 445). 

Références
 
Titre :

Un pansement pour l’intestin grêle fragilisé

Titre original :

Misoprostol Heals Small Bowel Ulcers in Aspirin Users With Small Bowel Bleeding

URL : Gastroenterology : accès au texte intégral de l'article via rubrique Revues en ligne du site SNFGE (service réservé aux membres SNFGE à jour de cotisation)
Auteurs :

Moe H. Kyaw, Koji Otani, Jessica Y. L. Ching, Akira Higashimori, Ka Man Kee, Toshio Watanabe, Yee Kit Tse, Vivian Lee, Tetsuya Tanigawa, Pui Kuan Cheong, Bing Y. Suen, Yasuhiro Fujiwara, Kelvin Lam, Tetsuo Arakawa, and Francis K. L. Chan

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology. 2018 Oct;155(4):1090-1097.

SNFGE.org