Cancers autres (hors CCR et CHC)

Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Dr Yann TOUCHEFEU

Enthousiasme

À la une 19/01/2022

FOLFOX/XELOX associé au nivolumab : nouveau standard dans le traitement de 1ère ligne de l’adénocarcinome gastrique avancé

L’étude Checkmate 649 est une étude de phase III internationale randomisée évaluant l’efficacité et la tolérance du nivolumab associé à une chimiothérapie (FOLFOX ou XELOX) dans le traitement de première ligne d’un adénocarcinome gastrique, de la jonction œso-gastrique avancé ou de l’œsophage, HER2 négatif.

 

L’étude comportait 3 bras de traitement : chimiothérapie seule, chimiothérapie + nivolumab, et nivolumab + ipilimumab avec une randomisation 1 :1 :1. Le bras nivolumab + ipilimumab a été clos prématurément et les résultats ne sont pas présentés dans cet article, mais l’ont été plus récemment au congrès de l’ESMO en septembre 2021.


Les patients pouvaient être inclus quel que soit le score CPS d’expression intra-tumorale de PD-L1. Les objectifs principaux étaient la survie sans progression en lecture centralisée et la survie globale chez les patients ayant une tumeur avec score PD-L1 CPS ≥5.


Dans cette étude, 789 patients ont été randomisés dans le bras chimiothérapie + nivolumab, 792 dans le bras chimiothérapie seule.


Les objectifs principaux sont atteints, avec une survie sans progression (médiane de 7,7 versus 6,0 mois, HR 0,68 [IC 98 % : 0,56–0,81]; p<0·0001) et une survie globale (médiane de 14.4 versus 11.1 mois, HR 0,71 [IC 98,4% CI 0,59–0,86]; p<0,0001) significativement meilleures dans le bras chimiothérapie + nivolumab. 


Concernant les objectifs secondaires, une amélioration significative de la survie globale et de la survie sans progression était également observée lorsque l’analyse incluait les patients ayant un score PD-L1-CPS ≥1 ou tous les patients quel que soit le score PD-L1-CPS. Les toxicités étaient celles attendues avec ces traitements.

 

Commentaires
 

L’étude est donc positive avec un net bénéfice et devra modifier la pratique, le nivolumab n’a cependant pas encore d’AMM et de remboursement en France dans cette indication.

 

L’objectif principal ne concerne que les patients ayant un score PD-L1 CPS ≥ 5. L’étude est aussi positive (objectif secondaire) en cas de tumeur ayant un score PDL1 CPS ≥1, et quel que soit le CPS, mais il est difficile de conclure sur le bénéfice propre des patients ayant un score PDL1 CPS égal à 0 ou entre 1 et 4. 

 

Sur les 1 581 patients randomisés, la tumeur avait un statut MSS (MicroSatellite Stable) dans 87 % des cas, MSI (MicroSatellite Instable) dans 3 % des cas, et indéterminé dans 10 % des cas. Pour les patients ayant un score PD-L1 CPS ≥ 5, ces proportions étaient de 89 %, 3 % et 8 %. Chez les patients un score PD-L1 CPS ≥ 5, le bénéfice en survie globale était présent dans le cas des tumeurs MSI et des tumeurs MSS, avec un HR certes meilleur en cas de tumeur MSI (0,33 (IC 95% 0,12-0,87) versus 0,73 (0,62-0,85)). Il est donc important de rappeler que le statut MSI doit maintenant être recherché chez tous les patients ayant un adénocarcinome œso-gastrique (recommandations INCa novembre  2021), mais que le bénéfice de l’immunothérapie ne se limite pas aux tumeurs MSI.

Références
 
Titre :

FOLFOX/XELOX associé au nivolumab : nouveau standard dans le traitement de 1ère ligne de l’adénocarcinome gastrique avancé

Titre original :

First-line nivolumab plus chemotherapy versus chemotherapy alone for advanced gastric, gastrooesophageal junction, and oesophageal adenocarcinoma (CheckMate 649): a randomised, open-label, phase 3 trial

Auteurs :

Janjigian YY, Shitara K, Moehler M, Garrido M, Salman P, Shen L, Wyrwicz L, Yamaguchi K, Skoczylas T, Campos Bragagnoli A, Liu T, Schenker M, Yanez P, Tehfe, M, Kowalyszyn R, Karamouzis MV, Bruges R, Zander T, Pazo-Cid R, Hitre E, Feeney, K, Cleary JM, Poulart V, Cullen D, Lei M, Xiao H, Kondo K, Li M, Ajani JA.

Source(s) :

Article

Revue :

The Lancet

Références biblio. :

Lancet. 2021 Jul 3;398(10294):27-40. doi: 10.1016/S0140-6736(21)00797-2.

Liens utiles
Lancet : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Non validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Dr Nadim FARES

Enthousiasme

À la une 03/05/2021

Le pemigatinib, nouveau traitement prometteur chez les patients présentant un cholangiocarcinome avec une fusion ou réarrangement du gène FGFR2

Le démembrement moléculaire des cholangiocarcinomes a récemment permis d’identifier les voies de carcinogenèse impliquées dans ce type de cancer hétérogène. Une fusion ou un réarrangement du gène FGFR2 sont présents dans 10 à 15 % des cholangiocarcinomes intra hépatiques (CCI). Ils sont responsables d’un signal de prolifération cellulaire contre lequel des inhibiteurs spécifiques (anti-FGFR) sont en développement.

 

L’étude de phase II multicentrique, multicohorte, FIGHT 202 a évalué l’efficacité du pemigatinib, un inhibiteur oral anti-FGFR, (anti FGFR1/2/3), chez 146 patients avec un CCI localement évolué ou métastatique. 107 patients présentaient l’anomalie cible : une fusion/réarrangement du gène FGFR2. Deux autres cohortes concernaient des patients présentant une autre anomalie de FGFR (20 patients) ou pas d’anomalie sur FGFR (19 patients). Le taux de réponse objective était de 35 % dans la cohorte avec fusion/réarrangement de FGFR2 vs 0 % dans les 2 autres cohortes. La survie sans progression était plus élevée en cas de fusion/réarrangement FGFR2 que dans les 2 autres cohortes (6,9 versus 2,1 et 1,7 mois respectivement). La survie à 1 an était également nettement améliorée : 68 % en cas de fusion/réarrangement FGFR2 vs 23 et 13 % dans les 2 autres cohortes. Le profil de tolérance était globalement correct (toxicité de grade ≥3 observée dans 63% des cas). La toxicité la plus fréquente était l’hyperphosphatémie (64 % tous grades).

 

Commentaires
 

Le cholangiocarcinome voit son incidence en augmentation dans les pays développés et conserve un pronostic sombre (survie à 5 ans < 10 %).

 

La plupart des cas sont diagnostiqués à un stade avancé avec une médiane de survie globale inférieure à 1 an sous chimiothérapie. Les thérapies ciblées anti-antigéniques et anti-EGFR se sont avérées décevantes ; l’immunothérapie est en cours d’évaluation. Mais le démembrement moléculaire, grâce aux nouvelles techniques de séquençage, a permis de jeter un regard neuf sur ces pathologies très hétérogènes qu’on traitait jusqu'à présent selon les mêmes standards. Dans le cas des CCI, 2 voies impliquées dans la carcinogenèse attirent particulièrement l’attention en raison d’un ciblage possible: les fusions/ré-arrangements du gène FGFR2 (10-15 % des CCI) et la mutation de IDH1 (10 %).

 

Cette étude de phase II, FIGHT 202, est très encourageante : un taux de réponse objective de 35 %, une amélioration de la survie sans progression. Toutefois il s’agit d’une étude de phase II non randomisée avec ses limites d’interprétation. On espère beaucoup d’une confirmation en phase III (étude en première ligne en cours impliquant plusieurs centres français). En parallèle, l’étude ClarIDHy (étude de phase III publiée dans le même mois) vient confirmer l’intérêt de rechercher une mutation IDH1 permettant d’étoffer l’arsenal  thérapeutique en 2ème/3ème ligne chez les patients présentant cette mutation (10 % des CCI). Ces deux traitements permettent désormais d’envisager une approche thérapeutique personnalisée chez près de 25 % des patients avec un CCI. Un effort sera nécessaire au niveau des plateformes de biologie moléculaire pour implanter ces analyses en routine.

Références
 
Titre :

Le pemigatinib, nouveau traitement prometteur chez les patients présentant un cholangiocarcinome avec une fusion ou réarrangement du gène FGFR2

Titre original :

Pemigatinib for previously treated, locally advanced or metastatic cholangiocarcinoma: a multicentre, open-label, phase 2 study

Auteurs :

Abou-Alfa GK, Sahai V, Hollebecque A, Vaccaro G, Melisi D, Al-Rajabi R, Paulson AS, Borad MJ, Gallinson D, Murphy AG, Oh DY, Dotan E, Catenacci DV, Van Cutsem E, Ji T, Lihou CF, Zhen H, Féliz L, Vogel A.

Source(s) :

Article

Revue :

The Lancet Oncology

Références biblio. :

Lancet Oncology 2020 May;21(5):671-684

Liens utiles
Lancet Oncology : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org

Mesure de l’acide 5-hydroxyindolacétique ...

P.344 - Mesure de l’acide 5-hydroxyindolacétique (5HIAA) plasmatique et urinaire dans les tumeurs neuroendocrines intestinales métastatiques : étude prospective du Groupe d’étude des Tumeurs Endocrines (GTE)

L. de Mestier, F. Savagner, H. Brixi, C. Docao, S. Dominguez Tinajero, G. Roquin, B. Goichot, O. Hentic, O. Dubreuil, V. Hautefeuille, T. Walter, G. Cadiot

Introduction

Pages

S'abonner à RSS - Cancers autres (hors CCR et CHC)